La production d’un médicament entrant dans le traitement visant la réparation des carences calcium, vitamine D, indiqué dans le traitement de l’ostéoporose, a été lancée lundi dernier à Constantine, a indiqué jeudi à Alger un responsable du laboratoire en charge de l’usine.

« Dans le cadre du partenariat entre le laboratoire algérien Union pharmaceutique constantinoise et le laboratoire français Innotech, l’Algérie sera en capacité d’améliorer la qualité de ses médicaments produits localement et de réduire la facture d’importation», a déclaré le docteur Karim Acahaïbou, directeur Nord Afrique du laboratoire.

Cette déclaration a été faite en marge d’une rencontre scientifique portant sur l’ostéoporose dont le socle de la prise en charge repose sur la supplémentation calcium vitamine D. Le laboratoire vise la production annuelle d’un million de boîtes du médicament entrant dans le traitement de l’ostéoporose avant de passer à 1,5 million.

Un second produit absent du marché national et indiqué dans les traitements d’infections gynécologiques est aussi produit à Constantine par les deux partenaires. M. Achaïbou a indiqué que l’usine issue d’un partenariat a mis sur le marché en novembre dernier le médicament produit localement qui est le Polygynax.

L’installation de l’usine a été décidée depuis trois ans et a obtenu en avril 2016 l’autorisation de fabriquer le produit, et ce, grâce « aux facilités du ministère de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière », a souligné M. Achaïbou.

« La particularité du laboratoire en est que 75% du chiffre d’affaires réalisé en Algérie est issu de la production nationale selon les normes et les standards européens. En outre, il y a eu un transfert de savoir-faire entre nos équipes et celles du partenaire local », a ajouté M. Acahaïbou.

Insuffisance en vitamine D

Lors de la rencontre, la professeur Samira Lehtihet, du service de rhumatologie de l’Etablissement hospitalier spécialisé de Douéra a présenté une étude qui a révélé l’ampleur de l’insuffisance en vitamine D et la faible ration calcique de l’ensemble de la population des femmes ménopausées âgées de 45 ans et plus.

Elle a fait remarquer que dans une région d’Alger, l’étude a fait ressortir une insuffisance en vitamine D dans 85,2% des cas. De son côté, la professeur Fella Hanni du service rhumatologie du CHU de Bab El Oued, a évoqué les dernières recommandations internationales de la prise en charge de l’ostéoporose et leurs aspect pratiques en Algérie où la supplémentation en calcium-vitamine D est préconisée pour la prévention des fractures ostéoporotiques chez les femmes ménopausées.

La rencontre est présidée par des experts algériens en rhumatologie dont le professeur Hachemi Djoudi, président de la société algérienne de rhumatologie en présence d’Arnaud Gobet, PDG du groupe Innothera dont fait partie la filiale à l’international Innotech, était également présent.

Couvrir 70% des besoins nationaux

L’Algérie est aujourd’hui arrivée à couvrir 61% de ses besoins en médicaments et elle tend vers les 70% d’ici la fin de l’année, selon le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf. Il a fait cette déclaration lorsqu’il s’est rendu en février dernier à Oran pour visiter une usine de production d’antibiotiques qui se mettra à l’exportation dès 2018, après la couverture des besoins nationaux courant cette année. Des exportations sont déjà opérées vers 11 pays africains mais aussi vers le Japon, l’Allemagne, la France.

Le ministre a aussi déclaré que l’encouragement de l’Etat à la fabrication du médicament a permis d’atteindre ce taux de 61% de couverture de ses besoins et par conséquent réduire la facture d’importation de 4% l’année dernière grâce à l’orientation du ministère vers une stratégie de production locale.

L’objectif principal est d’encourager la production du médicament pour une couverture totale des besoins locaux et l’exportation vers des pays africains, a-t-il souligné signalant que certains médicaments et du matériel médical fabriqués en Algérie sont exportés vers onze pays africains.

source Maghreb emergent