L’intérêt de parler de la programmation sanitaire est réel et plusieurs raisons majeures nous ont incités à le faire. La première et la plus importante est le fait que l’Algérie a une expérience débordante dans ce domaine.

En effet, c’est très tôt, immédiatement après l’indépendance, au regard d’une situation sanitaire catastrophique, legs de la colonisation, que le pays s’est tourné résolument vers des programmes de lutte contre les causes majeures de mortalité et de morbidité de cette époque. Parmi ces programmes, nous pouvons citer le programme de lutte contre le trachome, première cause de cécité, le programme de lutte contre le paludisme, première cause de mortalité, le programme de lutte contre la tuberculose, maladie grave et très endémique, et le programme de lutte contre les maladies contrôlables par la vaccination, causes majeures de mortalité infantile.

Moins d’une décennie après l’indépendance, ces programmes se sont renforcés intrinsèquement et ont été suivis par l’élaboration et la mise en œuvre de très nombreux autres programmes intégrés couvrant pratiquement tous les problèmes de santé prévalents de cette époque. Même si la liste de ces programmes est trop longue à énumérer, nous citerons malgré tout la Programmation sanitaire du pays (PSP) des années 70’, qui aurait pu être l’ancêtre d’un nouveau programme national de développement sanitaire qui n’a, malheureusement, jamais vu le jour et le programme national de lutte contre la mortalité infanto-juvénile des années 80’.

Plus récemment, de nouveaux programmes de lutte contre des maladies transmissibles émergentes et des maladies non transmissibles ont été élaborés. Ce très bref rappel, bien que très synthétique, nous a semblé nécessaire pour montrer que la programmation sanitaire a marqué l’histoire de la santé de l’Algérie indépendante et a inscrit des succès importants dans la santé de la population.

Le deuxième intérêt du sujet est lié aux progrès scientifiques enregistrés dans ce domaine. La programmation en général et sanitaire en particulier est devenue une science, un savoir en perpétuelle évolution. Elle a acquis, ces dernières décennies, une logique, une cohérence scientifique et une rigueur élevées. Ces outils de gestion sont devenus désormais incontournables dans le monde.

Pour toutes ces raisons, il nous a paru donc utile, aujourd’hui, d’accorder une certaine réflexion à nos programmes actuels à la lumière de ces progrès à un moment opportun de l’histoire du pays marqué en particulier par la réémergence de certaines maladies transmissibles jadis contrôlées et l’augmentation insoutenable des maladies non transmissibles. Si cet article arrivait à impulser davantage cette réflexion, notre objectif serait atteint, d’autant qu’à notre connaissance, le sujet n’a jamais fait l’objet d’une analyse exhaustive particulière.
Cliquez sur suivant pour continuer votre lecture