ALGER – Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a affirmé jeudi à Alger qu’il sera procédé à la révision de l’arrêté ministériel du 20 août 2014 relatif aux modalités d’organisation de la garde au niveau des officines de pharmacies privées.

Répondant à une question d’un membre du Conseil de la nation lors d’une plénière consacrée aux questions orales, le ministre a précisé que “dans le cade de l’élaboration des textes d’application de la nouvelle loi sur la santé, il sera procédé à la révision de l’arrêté ministériel du 20 août 2014 relatif aux modalités d’organisation de la garde au niveau des officines de pharmacies privées de manière à l’adapter aux besoins des citoyens et aux spécificités de toutes régions”, et partant, a-t-il dit, “éviter tout dépassement résultant de leur ouverture anarchique”.

Le ministère oeuvre actuellement à “encourager l’ouverture des officines de pharmacie au niveau des zones éloignées et des nouvelles cités dans les banlieues des zones urbaines et ce pour les rapprocher aux citoyens et assurer une couverture suffisante en cette matière”, a indiqué M. Hasbellaoui qui a souligné “l’introduction du principe d’autorisation d’ouverture des officines de pharmacie exerçant 24h/24h dans certaines zones reculées”.

Le ministère oeuvre également à “examiner toutes les opportunités d’ouverture des annexes de ces officines au niveau de certaines zones éloignées dans le grand Sud”, a relevé le ministre, mettant en avant que son département a “lancé depuis 15 jours une application sur téléphone permettant aux citoyens de localiser le lieu où se trouve les officines de pharmacie ouvertes concernées par la garde”.

Il a expliqué que l’adoption du système de garde au niveau des officines de pharmacie venait en “consécration du principe de continuité du Service public”, rappelant que “le système de garde a été imposé à toutes les officines de pharmacie privées conformément à l’arrêté ministériel du 20 août 2014 stipulant que la liste des officines de pharmacie devant assurer la garde est établie par les directions de la santé et de la population de chaque wilaya en concertation avec les représentants des pharmaciens d’officines”.

Selon le premier responsable du secteur, le ministère avait instruit les directions de la santé des wilayas en vue d’élaborer ces listes en fonction des spécificités de chaque région et des besoins des citoyens pour faciliter l’obtention de médicaments et des produits pharmaceutiques.

“En dépit des résultats positifs enregistrés depuis l’adoption de ce système, le secteur reçoit toujours des réclamations de la part des citoyens notamment dans les régions des Hauts plateaux et du Sud, dans lesquelles ils expriment leur désarroi quant à l’obtention de médicaments après 19h et durant les weekend et les jours fériés” a-t-il relevé.

Par ailleurs et à une question sur l’insuffisance enregistrée en matière d’équipement médicaux relatifs au traitement du cancer au niveau des établissements publics de santé à Oran, M. Hasbellaoui a affirmé que “dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de lutte contre le cancer décidé par le président de la République, le ministère a procédé depuis 2005 à l’inscription de plusieurs projets au titre du budget d’équipement pour réaliser et équiper de nouveaux centre anti cancer répartis sur toutes les régions du pays, outre le lancement de plusieurs opérations d’élargissement et la garantie du traitement de manière efficace.

Concernant les appareils relatifs au traitement du cancer en panne, le ministre a annoncé un projet pour l’élaboration de conventions afin de réparer ces machines.

Source: APS Algérie