Le nombre de cas de cancer a connu, ces dernières années, une hausse significative à Oran. Conséquence, les services d’oncologie connaissent une grande pression.

C’est le cas du service d’oncologie de l’Etablissement hospitalier 1er Novembre, qui a enregistré, durant les quatre premiers mois de cette année, 154 nouveaux cas de cancer, ainsi que 5732 consultations et 2170 cures de chimiothérapie, contre 3392 consultations et 2118 cures de chimiothérapie durant la même période de l’année passée, a-t-on appris, hier, de la cellule de communication de l’EHU.

Afin d’alléger ce service qui connaît une grande affluence de patients de toute la région Ouest, une unité d’hospitalisation à domicile (HAD) a été ouverte la semaine passée pour prendre en charge des cancéreux dans l’incapacité de se déplacer. Avec une moyenne de 5 malades par jour, cette unité est chargée, dans un premier temps, de prodiguer des soins de support pouvant être effectués en milieu extra hospitalier, comme les traitements symptomatiques (douleurs, troubles d’alimentation, etc.) ainsi que des ponctions, selon la même source.

L’unité est composée d’un médecin généraliste et d’un infirmier. Elle sera renforcée par un deuxième médecin généraliste, un psychologue et un kinésithérapeute pour pouvoir prendre en charge plus de malades. Par manque de moyens et en l’absence d’une réglementation claire par rapport au déplacement des médicaments, l’équipe de l’unité HAD ne donne pas de cures de chimiothérapie à domicile. Une réflexion est en cours pour étudier ce point.

source : el watan