Nous connaissons pratiquement tous quelqu’un qui a eu un cancer. Le plus souvent, personne ne l’a vu venir, au mieux vous vous êtes dit, tiens, il y a quelque chose qui ne va pas. Y a-t-il des signes qui doivent vous inquiéter ? Peut-on apprendre à trouver des indices chez l’autre et chez soi-même qui pourraient sauver la vie, faire gagner du temps sur la maladie ?

Oui, il en existe quelques uns, ceux que les médecins utilisent pour suspecter un cancer. La plupart de ces signes ne sont pas compliqués, ne nécessitent pas de matériel médical. Vous pouvez vous aussi agir à votre niveau pour gagner du temps sur la maladie.

1. Le cancer, ça fait peur

A l’heure actuelle, il est impossible de ne pas avoir peur du cancer ou de ne pas y avoir pensé. Le cancer est devenu célèbre car il est à quasi égalité dans le classement des causes de mortalité, avec les maladies cardio-vasculaires (AVC, infarctus etc.). Il peut toucher tout le monde.

Seulement voilà, tout le monde en parle, y pense, mais on voit régulièrement des gens arriver chez leur médecin ou même à l’hôpital avec des cancers déjà très avancés et qui “sautent aux yeux”. Par exemple, une femme qui se rend chez son généraliste pour une toute autre raison et chez laquelle on découvre une “bosse” de 3 cm sur son sein. N’importe qui aurait pensé à un cancer, mais… le cancer ça fait peur. Personne n’a envie de s’entendre dire “… vous avez un cancer” parce que tout le monde pense encore qu’avoir un cancer, ça veut dire “je vais mourir bientôt”. Alors plutôt que d’aller voir un médecin, on préfère se dire“non mais c’est peut-être pas ça”, “j’irais consulter plus tard, quand j’aurais le temps…”, “ça ne me fait pas mal, ça ne peut pas être grave” etc. Toutes les raisons sont bonnes pour fuir la réalité.

Pourtant, prendre son courage à deux mains et pousser la porte du médecin, ça peut littéralement vous SAUVER LA VIE ! Et ne vous dites pas, j’ai déjà trop attendu, ça ne sert plus à rien d’y aller maintenant. Non ! Il est toujours temps de gagner du temps tant que l’on est en vie.

Malheureusement, ce ne sont pas toujours ceux qui ont le plus besoin d’aller consulter qui vont lire ce type d’article, au contraire ! La fuite et l’éloignement de toute pensée qui conforterait la peur est souvent le premier réflexe. Heureusement, vous qui allez lire cet article, au moins dans les grandes lignes, vous pourrez transmettre votre savoir et vos conseils à ceux ou celles qui sont vos proches et qui vous confieront leurs doutes. Vous pourrez alors les encourager à consulter si vous êtes alerté par ce qu’ils vous décrivent. N’hésitez pas à les accompagner chez le médecin. En plus d’être une preuve d’amour, vous pourrez ainsi offrir un soutien inestimable à cette personne.

Cliquez sur suivant pour continuer votre lecture